Paramètres thème

Layout Mode
Couleur de thème
Choisissez vos couleurs
Couleur de fond:
Réinitialiser
Le mouvement des Gilets Jaunes est-il cohérent ?

Le mouvement des Gilets Jaunes est-il cohérent ?

[...]

Nous sommes face à ce que nombreux appellent une gronde sociale, un mouvement d'importance, l'éclosion d'un mécontentement général. Certes les faits sont là, les weekends sont émaillés par des métros fermés, des rues coupées, des bâtiments abimés, des cortèges en colère, et des tribunes diverses et variés dans la presse dans lesquels les gens disent qu'ils sont mécontents....

Pourtant, l'on a du mal à comprendre ce qui est à l'origine de toute cette zizanie... Que les gens soient en désaccord, et manifestent c'est là l'essence même du monde. On parle d'ailleurs de limite de la tolérance et de l'acceptation (le moment où les gens ne supportent plus une chose, une loi, une irrégularité qui jusque-là ne leur posait aucun problème).

Je viens donc à mes questions... dans le cas que je vous mentionne, comme dans les soulèvements de la communauté musulmane à de nombreuses reprises, faut-il que le message soit uni pour transcender et donner lieu à un changement social ? Le brouillage des raisons, la multitude des réprimandes, ne font-ils pas passer le collectif à l'individuel et donc perdre la raison au message?

AF

Je pense que leurs revendications et leurs contestations sont le fruit d’une transformation historique des sociétés, et non l’inverse. C’est-à-dire que le modèle étatique (l’Etat prend en charge toute la gouvernance) et le modèle capitaliste (le profit individuel est la finalité suprême de l’existence humaine) sont arrivés à bout de souffle.

Leurs défauts irrémédiables qui étaient jusque-là dissimulés par les avantages matériels qu’ils apportaient à court terme aux populations, sont aujourd’hui visibles et insupportables aux yeux de tous du fait qu’ils sont devenus inefficaces même pour atteindre la promesse de prospérité qu’ils faisaient autrefois miroiter aux masses. Je ne peux m’empêcher de citer ici le Coran :

{[Satan] leur fait miroiter promesses et faux espoirs, mais toutes ces promesses ne sont que tromperies} (Coran 4.120)

Et encore :

{Satan vous menace de pauvreté et vous ordonne toutes les turpitudes, tandis que Dieu vous promet pardon de Sa part et Noblesse} (Coran 2.268)

Ce n’est donc pas l’efficacité de ces contestations qui vont déterminer la réussite des changements, mais ce sont les changements déjà à l’œuvre de manière souterraine qui entraînent l’irruption de ces manifestations de mécontentement.

On pourrait croire que le soulèvement d’une grande partie de la population française est anarchique, mais en réalité, ces soulevements portent tous les mêmes demandes et leurs discours présentent une très grande cohérence :

Quand ils réclament la baisse de la fiscalité, cela implique la remise en cause de l’Etat en tant qu’institution car comme l’ont montré certains économistes comme Mancur Olson, l’Etat n’est qu’une organisation mafieuse sophistiquée où l’impôt remplace le racket pur et simple.

Ils remettent en cause l’existence de professionnels de la politique formant une caste privilégiée ce qui remet là encore en cause l’Etat en tant qu’organisation distincte du corps social. Ils contestent violemment le capitalisme, la mainmise de l’argent, la cupidité érigée en système de valeur et moteur des relations sociales. Toutes ces revendications sont donc très cohérentes et sont le signe d’un changement global de l’humanité qui tourne le dos à une période de l’histoire structurée mentalement par la philosophie politique européenne.

Même si ce mouvement ne parvient pas à aboutir, d’autres formes de contestation apparaîtront jusqu’à ce qu’advienne un changement radical de la gouvernance en France et dans le monde, car il s’agit de transformations structurelles et globales qui font échos aux aspirations des populations musulmanes également.

L’enjeu actuel est la formulation théorique d’un modèle de gouvernance juste adapté à notre époque.


A. S. AL-KAABI

3Commentaires

    • Avatar
      Abou yassir
      Feb 22, 2019

      Salamou 'AlaykoumVous dites que " l’impôt remplace le racket pur et simple.". Mais comment fait-on alors pour payer les fonctionnaires?

      • Avatar
        Bartolomas
        Feb 27, 2019

        Je t’invite à te renseigner sur cette thèse qui a été développée par Charles Tilly sur la fondation des États. En somme pour résumer les États se sont constitués pour faire la guerre sur d’autres territoires, ont soumis leur population à la levée de l’impôt afin de se financer et donc de financer la guerre perpétuelle. En bref, c’est donc bien un racket qui est au fondement de l’état et qui de plus ne profite même pas aux citoyens.

        • Avatar
          أ.س الكعبي
          Mar 04, 2019

          Wa aleikoum salam, Oui tout à fait, il existe aussi bien dans la pensée islamique classique que chez des économistes et politologues contemporains l'idée que l'Etat au sens de Mulk est une organisation mafieuse illégale islamiquement. L'imamât ou khilafa ne sont pas des Etats au sens d'organisation distincte de la société, mais des autorités politiques. Quant à la question pertinente: "comment financer alors les fonctionnaires" que je traduirais plutôt par "comment financer les services publics", la Sharia prévoit des procédés absolument révolutionnaires qui feront peut-être l'objet de prochaines publications sur l'économie inshaAllah. AS Al-Kaabi

Laisser un commentaire

*
**Not Published
*Site url with http://
*
Produit ajouté au comparateur