Paramètres thème

Layout Mode
Couleur de thème
Choisissez vos couleurs
Couleur de fond:
Réinitialiser
Commentaire sur la Commission d'enquête sur la radicalisation islamiste au sénat

Commentaire sur la Commission d'enquête sur la radicalisation islamiste au sénat

Commentaire sur la Commission d'enquête sur la radicalisation islamiste au sénat

Lorsque l'on étudie le pedigree des personnalités auditionnées par cette commission (Biographies, CV, prises de positions) personne ne pouvait s'attendre à autre chose qu'un rapport très orienté, subjectif, qui ne cherchait encore qu'à prouver et confirmer uniquement ce qu'ils croient en amont. Un bel exercice de tartufferie inutile sous l’étiquette de la transparence démocratique où l’on invite les polémistes anti-musulmans les plus médiatiques et les plus délirants.

Tous ces individus sont soigneusement remerciés, élogiés, avec amabilité, ils savent pourquoi ils ont été invités, ils savent quoi dire et comment le dire car telle est leur fonction, même quand ils racontent absolument n’importe quoi.

Et l’on remarque très vite la différence de ton et d’esprit, l’agacement voire l’hostilité à peine dissimulée lorsque les rares voix dissonantes ne disent pas ce que les responsables de cette commission voulaient entendre.

Pour mesurer cette différence de traitement, comparez deux auditions :

Celle du marocain Youssef Shihab, professeur associé à Paris XIII (c’est-à-dire universitaire immigré puis naturalisé français...), autant dire un arriviste ‘native informant’, pur produit du larbinat postcolonial et exemple parfait de la francisation des élites maghrébines, qui une fois en France, nous expliquent (à nous musulmans français nés en France) ce que doit être l’Islam et ce qu’est la Laïcité…

Son intervention peut d'ailleurs être considérée comme “radicale” : il est adepte des solutions les plus dures en termes de contrôle, de limitation des libertés ou de révision de la Loi de 1905 (et par excès de zèle, il attaque même les états et consulats maghrébins, alors qu’il est en France grâce à cette coopération !).

Extrait restranscrit à partir de la vidéo disponible ici : https://www.youtube.com/watch?v=dZD8j8KXQX0 :

[En tant qu'universitaire à Paris 13, où j'enseigne, tous les vendredis je ne sais pas si je suis dans une université ou dans une mosquée. Les jeunes filles portent de manière ostentatoire non seulement le voile islamique, mais carrément le hijab et le niqab. Et personne ne peut changer cette réalité alors qu'elle devient de plus en plus visible….]

Et celle de Hamza Esmili, auditionné sur proposition du CCIF, qui tente patiemment de déconstruire la mécanique insidieusement antimusulmane. Son intervention est décrédibilisée, rejetée et assimilée à du discours victimaire, alors que sa valeur scientifique n’a rien de comparable avec les ragots de gouttière déblatérés par Shihab…

Lien de la retranscription : https://storage.editions-nawa.com/index.php/s/n6Sdn4QsADKCbKe

[la dimension complotiste à l'œuvre dans la thèse de l'islamisme conquérant doit être soulignée. Une célèbre éditorialiste a affirmé que les Frères musulmans étaient aux portes du pouvoir. Un autre a cru voir parmi les gilets jaunes des islamistes dissimulés. De même, toute apparition d'une jeune femme voilée dans le débat public, telle syndicaliste étudiante par exemple, était une preuve d'entrisme. On procédait ainsi depuis la matrice directement héritée de l'antisémitisme moderne.]

Prenez le temps de voir et de lire pour comprendre l’impasse dans laquelle les rouages de cette logique veut nous enfermer pour mieux nous réduire.

Mais comprenons aussi, que toute parole contradictoire est devenue parfaitement inaudible par les pouvoirs publics. Si tant est qu’ils veulent réellement l’entendre !

Il est donc devenu inutile de chercher à se faire écouter et comprendre par un tel État, cela à tel point que ceux qui cherchent encore à courir après lui ne peuvent être que légitimement suspectés de toutes les complicités à vouloir perpétuer ou profiter de ce système (et l’expérience nous a toujours donné raison les concernant).

Se concentrer et travailler sur une unité des élites musulmanes pour produire un contre discours Étatique, mais aussi travailler sur la société française, l’ensemble de ses acteurs privés qui ne sont pas dupes, ouverts, prêts à la discussion et à la compréhension, au respect mutuel :

Cette stratégie est beaucoup plus salutaire que d’espérer ou de croire encore en un État qui nous prend directement pour cible, sans aucun doute, ni aucune précaution.

Les musulmans doivent mettre de côté l’espoir qu’un tel Etat dans ses formes actuelles, ses hommes et ses institutions politiques, aient encore un degré d’objectivité, de neutralité et de partialité nous concernant.

Il faut prendre et exercer le droit d’ignorer l’Etat (même si nous l’obsédons…).

Et si les conclusions de cette commission peuvent paraître ridicules par rapport à toutes les gesticulations médiatiques et politiciennes, et que si « la montagne accouche d’une souris » en termes de préconisations et de mesures, n’oublions pas que c’est surtout parce qu’ils arrivent, de plus en plus, au bout de l’arsenal législatif, juridique et sécuritaire, déjà le plus répressif et liberticide du monde occidental.

Aller au-delà, c’est forcément redéfinir une nouvelle laïcité, c’est passer au travers de la DDHC, c’est revenir sur les textes constitutionnels législatifs les plus fondamentaux de la démocratie française : Telle est leur seule limite et leur seul horizon.

Aïssam Aït Yahya

11/07/2020

Produit ajouté au comparateur