Paramètres thème

Layout Mode
Couleur de thème
Choisissez vos couleurs
Couleur de fond:
Réinitialiser
Todd, psychothérapeute de la société française [2/7]

Todd, psychothérapeute de la société française [2/7]

Todd, psychothérapeute de la société française
Ou Comment guérir de la pathologie laïcité ? [2/7]

[...]


/ Fiche de lecture

Emmanuel Todd. Qui est Charlie ? Sociologie d’une crise religieuse. Editions du Seuil, 2015 (1ère édition) 252 pages.

La crise religieuse française

Dans la partie I, Todd démontre patiemment qu’historiquement, la France fondamentalement religieuse par son christianisme, n’a pu y renoncer vraiment que très tardivement, au cours d’un long processus pénible, qui par le biais de mutations successives a construit l’essentiel de son identité antireligieuse (avant d’être athée) à travers une opposition nécessaire et vitale au catholicisme tout le long. Sa seule possibilité d’exister reposait sur l’exigence inavouée d’un ennemi, un bouc-émissaire requis pour se construire et se justifier qu’elle finit par mater.

L’émergence d’une France laïque (pas encore au sens exactement contemporain tel que nous l’entendons à ce jour), dut alors partir à la recherche d’idéologies de substitution devant la désertion du spirituel, ce furent alors tour à tour les idéologies politiques qui prirent la place vacante dont la Révolution, la gauche républicaine et le parti communiste en sont les grands moments. Ce vide ressenti par les populations restait tout de même rattaché à cette idée de lutte contre Dieu et la religion (toutes ces idéologies néo-religions séculières ont évidemment ce facteur en commun), mais dès lors que l’adversaire des siècles passés disparut, qu’allait-il advenir du nouveau petit athée, pauvre et inquiet dans ce nouveau monde où l’ennemi s’est éteint ? La réponse à apporter, sachant que bien des résurgences masquées de la religion agissaient encore même inconsciemment dans les multiples strates des classes de la population, peut se trouver assez aisément dans un vieil et banal artifice de masquage : retrouver au plus vite un bouc-émissaire.

Les néo-religions occidentales, adoptées successivement en regard du sentiment profond de malaise partagé par ces nouveaux « mécréants religieux », se montrèrent plus intransigeantes encore que ne l’était leur sœur aînée de la chrétienté. Fruit pas si étonnant que ça lorsque l’on se souvient que c’est leur terreur de l’après-vie comme de la vie présente désormais vide de sens qui les poussa à partir en quête de « foi de substitution ». Les Français ont la mémoire courte dans leur arrogance, car les regains d’intérêt marqués fortement par l’attachement à l’idéal national adossé sur des valeurs aux critères très chrétiens, firent qu’il y a encore très peu de temps ils chantaient ensemble en chœur derrière leur « petit père du peuple » bien à eux, l’ancêtre de notre Charlie national : l’immortel Charles de Gaulle (symbole s’il en était de la droite chrétienne, encore vénéré et vénérable selon la descendante généalogique de notre fondatrice symbolique, la Marianne « officielle et scolaire », à savoir la douce Marine Le Pen et son paternel).

Le problème ici, c’est que de nos jours, dès que des événements remontent à plus d’une ou deux décades minimum, tout le monde fait comme s’il s’agissait de la préhistoire et s’aligne sur un espèce de « pacte dénégatif » signifiant aussi par-là l’amnésie collective qui met mal à l’aise toute personne qui devrait s’expliquer sur l’incohérence de leur posture vis-à-vis de nombreuses thématiques sensibles au consensus chez eux fantasmé. Cette « nouvelle France », bien plus religieuse qu’elle ne le pense, et de loin moins athée qu’elle ne le croit, s’oublie en omettant d’intégrer qu’elle n’est que le fruit d’une crise très nette et explicable, dont « l’affaire Charlie » n’est qu’un symptôme : une crise religieuse[1] .

Le Charlie national, confondu derrière le masque d’un lointain « Charlie Martel », pourtant bien mal connu et compris par ses ministres actuels, nous offre la solution à nos maux, la panacée que tous attendaient, le nouveau coupable du péché originel : les musulmans. Ce choix, très éloquent en soi, se porte comme chacun le remarquera sur la communauté la plus faible et la plus déstructurée du paysage francophone, « l’organisation sociale » (si elle pouvait y prétendre) la plus désorganisée, ce qui nous amène à un constat triste de par sa tragédie : l’arnaque du prieuré athée ou comment stigmatiser un cadavre pour redonner vie à ses ouailles.

Le bouc-émissaire Dans la partie II, l’échec du projet de Maastricht amène l’auteur à constater plusieurs évidences. Les conséquences du péril économique auquel furent exposées les populations de la France entraînèrent un désenchantement général issu de la désillusion collective expérimentée par la plupart de ses citoyens. La déception laissant place à la réalité, une certaine anxiété commença à cerner certaines couches. Il ne fallut pas longtemps pour que l’État, en voie d’effondrement, se mette à justifier ses palabres politiciennes vides de sens par un recours aux incantations à l’efficacité prouvée et éprouvée des armes idéologiques de l’arsenal médiatique.

C’est à coup d’enrôlement politique par l’enrobage des mensonges les plus abjects que la machine gouvernementale (et plus largement les élites de la bourgeoisie) s’entoura de canaux de diffusion pour s’assurer l’opinion populaire inquiétée. Il fallait rallier tout le monde autour d’une aristocratie éclairée qui guiderait le monde vers un Nirvana terrestre à venir. Tout cela en capitalisant sur le sentiment partagé par les classes moyennes qui faisait suite à l’abandon mal remplacé du religieux, générateur à terme de névroses : « Le vide métaphysique le travaille. L’incertitude économique le comprime, l’infiltre. Ses enfants s’appauvrissent. ». Le passage qui suit en est d’ailleurs très parlant :

Lorsque nous voyons Le Monde, fébrile, militer durant de longs mois pour une intervention militaire contre le régime de Bachar el-Assad, puis en Ukraine, ou bien L’Express du 3 au 10 février 2015 afficher sur sa couverture : « La République contre l’islam », nous devons nous souvenir que ces organes de presse au tempérament guerrier sont en grande difficulté économique. Quoique subventionnés par l’État, ils vivent avec pour horizon un nouveau plan social et, peut-être, le dépôt de bilan. La fébrilité belliciste d’une bonne partie de la presse écrite s’explique aussi, bien sûr, par cette réalité économique menaçante.

Et si nous n’intégrons pas au modèle d’analyse des classes moyennes cette anxiété montante, nous ne comprendrons pas la diffusion en leur sein de l’islamophobie. Les conséquences de long terme du projet de Maastricht – plus de vingt ans d’échec – nous permettent donc d’entrevoir, sous la rhétorique en usage du côté des partis « néo-républicains », toute de fidélité aux valeurs anciennes, les contours d’une société égoïste, injuste, féroce. Et, j’y insiste, pour bien saisir la réalité du modèle français, nous devons constamment tenir ensemble, dans le champ de l’analyse, ces deux éléments fondamentaux : superstructure doctrinale libérale et égalitaire venue du passé, infrastructure mentale autoritaire et inégalitaire du présent.

La manifestation du 11 janvier a spectaculairement réitéré cette structure élémentaire du modèle français, mais sous une forme aggravée. Le choc provoqué par l’horreur des attentats du 7 janvier a pris la France par surprise et permis la libération de tendances instinctives jusque-là refoulées. Elle a mis en évidence le début d’un glissement des classes moyennes vers un inégalitarisme explicite, incluant la désignation d’un bouc émissaire.

Le rapide examen de la réalité du modèle français auquel nous venons de procéder autorise maintenant à replacer la manifestation dans son contexte économique et social. Les drapeaux tricolores et les statues de Marianne du 11 janvier ne doivent pas nous abuser. Nous baignions ce jour-là dans les eaux profondes de l’inégalité, en aucun cas dans celles de l’égalité républicaine. La refondation fut déformation, subversion, viol de l’histoire, définition d’un néo-républicanisme d’exclusion. Et ce nouveau système idéologique fut porté ce jour-là par des classes moyennes qui voulaient affirmer, haut et fort, qu’en aucun cas elles ne se laisseraient troubler par la désagrégation sociale engendrée par leur égoïsme.

L’européisme et l’euro détruisent-ils une partie de la jeunesse, et pas seulement celle des banlieues ? Aucune importance : « nos valeurs », belles et bonnes, sont les seules « vraies valeurs ».Nous n’avons plus à ce stade aucun mal à comprendre la prétendue contradiction principale de la manifestation, réunie pour soutenir un journal « anarchiste » mais acclamant spontanément l’État et sa police. 

C’est toute cette mascarade qui est ici dénoncée, passant de la pratique réutilisation du « méchant musulman » censée dissimuler les problèmes d’une crise plus grave, celle d’un pays qui ne sait plus qui il est, à l’omission ponctuelle (et qui sait, peut-être involontaire) de la ligne de fond, c’est l’État qui crée sa Némésis. En fabricant de toutes pièces sa bête noire, il devient aisé de s’en servir d’épouvantail auprès du téléspectateur moyen qui ne comprend rien aux enjeux sous-jacents, d’autant plus que c’est la minorité la plus affaiblie qui sert de repoussoir.

Todd déplore au passage que le danger réel de cette stratégie politique reste que comme on l’oublie trop (selon lui), les véritables victimes de ce chantage sont les juifs, puisqu’en dernière instance ce sont eux qui en paient les pots cassés en se faisant cibler par les « islamistes ». L’opération est simple, c’est le sentiment d’inquiétude représenté ici par la névrose d’un athéisme syncrétiste échoué combiné à la défaite économique du capitalisme sur le terrain de la réalité, qui une fois transformé et catalysé en « islamophobie officielle » sous tutelle de l’État pour galvaniser son peuple divisé autour d’un idéal commun (mais utopique : la nation française telle qu’ils la rêvent), qui laisse émerger la montée du « radicalisme » en réponse à cette islamophobie opportuniste ambiante. Ce qui a pour effet de créer des dommages collatéraux qui résultent de l’antisémitisme mal contrôlé (par ceux-là mêmes qui l’ont créé, et dont ils se plaignent, d’où l’ironie de la situation) aboutissant au meurtre de juifs sur le sol national.

Les Français ne sont donc plus un corps mais un outil, dont l’emploi par le maître dessert les intérêts de la nation soumise, pour qui chaque effort pour consolider l’autorité du nouveau clergé politique les laisse vaguement espérer qu’ils servent en cela également le leur propre. Summum de la manipulation ou de la bêtise ?

On reconnaît d’ailleurs entre les lignes, dans le texte de Todd, l’exemple toujours d’actualité que l’on peut consulter dès le début de « Psychologie des foules »[2] [1895] de Gustave le Bon, où il explique que le peuple assez sot pour tolérer en râlant un certain nombre d’extorsions sous le nom de « l’impôt » (qui s’il était augmenté pousserait à la révolte et s’il était baissé laisserait au peuple le loisir de s’enrichir et de se rendre compte de la duperie en s’intéressant aux affaires de l’État), ne réalise nullement qu’il le paie au centuple de son propre chef à travers les innombrables taxes dont il s’acquitte au quotidien par l’achat de la moindre denrée ou de quelques marchandises dont une part fixée en amont revient directement à l’État de manière plus subtile et pourtant tellement plus importante, sans que le « citoyen » lambda n’y voie la moindre contradiction puisque si infime qu’il ne s’en rend pas compte. Un des procédés classiques pour conserver le peuple enchaîné à son insu consiste à tout simplement changer le nom des choses et donc des taxes (la dîme et la gabelle, pour citer des anciennes). Le fait de renommer les impôts laisse croire aux individus trompés par cet artifice bas de gamme que la situation a changé, alors qu’il n’en est rien, mais il est apaisé par l’apparence et accepte de payer à nouveau.

C’est un peu la critique générale qui peut s’adresser à la gauche qui dans les faits n’existe plus vraiment (pas plus que la droite d’ailleurs en vérité, ces catégorisations du politique sont devenues obsolètes et exigent d’être dépassées), que l’on retrouve dans la conversion par la pratique aux thèses censées être à l’exact opposé des prétentions théoriques de ses défenseurs :

On trouve certes encore, en ce début d’année 2015, beaucoup de gens, à gauche, dont la doctrine personnelle combine en un mélange instable hostilité à l’Europe et peur de l’islam. Mais la dynamique idéologique qui anime les classes moyennes tend à l’élimination de la première préoccupation par la seconde.

La gauche contestataire a donc, dans sa masse, défilé derrière François Hollande, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, David Cameron, Jean-Claude Juncker, Donald Tusk, et Petro Porochenko. Je le répète : nul n’est censé ignorer pourquoi, ou en tout cas derrière qui, il manifeste. Ce que l’on accepte en pratique est plus significatif que ce que l’on refuse en théorie. L’essentiel de la gauche de la gauche rejette, en théorie et en vrac, l’austérité, le système capitaliste, le leadership américain, l’oppression des Palestiniens. Elle accepte en pratique la monnaie unique et le libre-échange. Dire que défiler derrière une tête de manifestation européiste n’a pas gêné ces pseudo-contestataires est cependant en dessous de la vérité. Ils ont admis en ce jour fatidique qu’ils appartiennent au bloc MAZ[3] qui domine idéologiquement et politiquement la société française.

La mobilisation en faveur de la laïcité et du droit au blasphème a donc défini une « unanimité partielle », concept paradoxal mais essentiel à la compréhension du système qui est en train d’émerger, concept qui devient simple quand on le traduit par « unanimité des classes moyennes ». Mises en état de stress par le vide métaphysique ambiant, par l’échec de l’euro et par certains effets du néolibéralisme, les classes moyennes, bien loin de se désagréger, sont en train de réaliser leur fusion idéologique et émotionnelle terminale. Socialistes, sarkozystes et mélenchonistes ont défilé ensemble, affirmant un même socle de valeurs fondamentales. Le sentiment d’unité fut véritable, thérapeutique en quelque sorte. Beaucoup ont vécu la journée sur un mode religieux, comme une refondation unitaire du monde, rejetant, refoulant tous ces tristes citoyens de qualité secondaire qui représentent… plus de la moitié de la société. Leur sincérité ne saurait être mise en doute.

Devant cette ferveur religieuse récupérée et recyclée, personne ne se rendra compte de ce qu’il se passe dans les coulisses, et l’amalgame qui semble à lui seul symboliser notre époque nous fera écoper d’une tentative de « décompensation » (au sens psychologique) sabordée par la totale ignorance historique de leur propre pays qui sape les fondements mêmes de leur doctrine dont ils saisissent à peine les contours et qui les empêchent viscéralement de comprendre les raisons du faux problème, l’Islam, et la réalité du vrai problème : le leur.

Des millions de Français se sont précipités dans les rues pour définir comme besoin prioritaire de leur société le droit de cracher sur la religion des faibles. Ils sont à cette occasion sortis, en dépit de leurs assertions, de l’axe central de l’histoire nationale. Voltaire a souvent été évoqué par Charlie comme référence doctrinale, tout comme il l’était, avec raison, par les révolutionnaires de 1789 ou par les partisans de la séparation de l’Église et de l’État en 1905. Mais si nous nous replongeons dans son Dictionnaire philosophique, ce que nous y trouvons est surtout une excellente mise en boîte du catholicisme, religion des pères de l’auteur, et du judaïsme, source unique de cette religion. Le dictionnaire s’intéresse très peu à l’islam ou au protestantisme. Il contient des articles sur Abraham, David, Jésus, Joseph, Julien, Moïse, Paul, Pierre et Salomon, aucun sur Mahomet, Luther ou Calvin. Voltaire, au contraire de Charlie, ne dénonçait pas la religion des autres. Il blasphémait sur la sienne et sur celle dont elle était issue.

À quand le jour où nous pourrons voir des Français renouer avec leur histoire pour se réconcilier avec leurs incohérences et leurs contradictions, et vivre plus sereinement la douloureuse période qu’ils traversent actuellement sans la comprendre ?

Face à des gens qui à travers l’égalité tolèrent la différence, nous trouvons ceux pour qui le concept vire à l’égalitarisme à vocation universelle et par cela devient totalitaire. Cette volonté « d’égaliser » son prochain en niant et nivelant les différences tout en imposant sa propre norme comme critère universel à adopter, sous peine de sobriquets injurieux pour ceux qui oseraient s’élever contre l’Empire, devient de plus en plus inquiétante. L’extermination des particularismes locaux, régionaux ou plus larges (comme les dialectes et les cultures dont l’occitan, le corse, le basque,… en sont des représentants « en voie de disparition » qui doivent s’écraser et se plier pour se diluer dans « l’identité nationale », alors que dire des « étrangers » comme la culture musulmane et son patrimoine) permet d’unifier le paysage s’assurant que la laisse est bien attachée à ce nouveau « Médor » français, nouvel archétype par l’illustration vivante de ce qu’Étienne de la Boétie appelait, il y a longtemps déjà, la « servitude volontaire »[4].

Il y a sûrement de quoi être soucieux quand on voit l’incompétence avérée de ceux qui continuent à se prétendre laïques en se cachant derrière le masque d’une mythologique laïcité qui n’a peut-être de vérifiable que le nom, et encore. Cette nouvelle dictature de la pensée qui dicte les canons et les commandements de la loi, qui ne sont pourtant pas si unanimement partagés qu’il le prétend, se reproduit et prolifère, si la gangrène continue à se propager il faudra qu’ils pensent à amputer le membre infecté, à défaut de le guérir, ce qu’ils ne semblent pas décidés à faire.

« […] Charlie a-t-il ou non un rapport avec les années les plus noires de la France contemporaine ?Mais nous sommes en France, en 2015, entraînés par la montée de sentiments islamophobes et antisémites, et nous ne pouvons nous permettre d’attendre d’être « sûrs » que le néo-républicanisme soit un néo-vichysme pour proclamer la validité de cette proposition, tout simplement parce que, si nous venions à en être sûrs un jour, il serait probablement trop tard. L’islamophobie aurait suffisamment progressé pour être devenu aussi dangereuse que l’antisémitisme de la droite classique.

De quels éléments disposons-nous, en 2015, pour évaluer la situation ?

1. De la carte d’identité géographique et sociale de la manifestation, avec ses bastions catholiques zombies, qui est vraiment parlante. Elle suffit à frapper de nullité tous les discours lénifiants sur la laïcité. Ce qui a marché en tête des manifestations, dans les rues des villes françaises, ce n’était pas la vieille laïcité mais une mutation des forces qui avaient autrefois soutenu l’Église catholique. C’est le catholicisme zombie qui se présente en première ligne face à l’islam, non la Révolution. Il proclame le devoir de caricaturer Mahomet. Il nous propose une guerre de religions dans un monde qui ne croit plus en Dieu.

2. La détermination religieuse et socio-économique commune à la manifestation du 11 janvier et au vote « oui » à Maastricht suggère que, comme la monnaie unique, Charlie pourrait être un phénomène dynamique qui révèle avec le temps, de plus en plus fortement, ses vraies valeurs de référence : l’autorité et l’inégalité. Charlie n’est qu’un enfant. À quoi ressemblera-t-il adulte ?

Quoi qu’il en soit, l’isomorphisme identifié entre Maastricht et Charlie nous permet de décrire la réalité du système social français. Le voile de la politique officielle et consciente a été une deuxième fois déchiré. Le même bloc hégémonique règne, européiste et optimiste en 1992, choqué et potentiellement islamophobe en 2015. Charlie, être social collectif, n’est pas toute la France, mais il la tient solidement ainsi que son État. »

Heureusement que Todd avait pris le temps d’invalider dès le début de son chapitre toutes les prétentions d’une soi-disant harmonie du fond et de la forme du mouvement Charlie véhiculée par les médias. Ne soyons donc pas étonnés après tout ça de voir que le nombre de personnes incarcérées entre 1980 et 2014 est passé d’environ 37000 à presque 80000. Liberté avez-vous dit… ?

1984 de Georges Orwell ne semble plus si romanesque que cela par les temps qui courent.

____________________________________________________________

[1] Todd fait d’ailleurs remarquer, entre autre, que c’est aussi par le biais de la conversion à l’Euro suite au traité de Maastricht que la population put survivre à la transition grâce au déplacement et au remplacement subtil du Dieu des évangiles par le Dieu Euro ou veau d’or, sans quoi l’ère du matérialisme-capitalisme dégénéré n’aurait pu exister. L’égoïsme narquois et narcissique de l’individu à prétention faussement de gauche de notre époque en est un trait très représentatif.
[2] « Psychologie des Foules », Introduction, p.5. Presses Universitaires de France 1995 :
« Des règles dérivées de l'équité théorique pure ne sauraient les conduire. Seules les impressions qu'on fait naître dans leur âme peuvent les séduire. Si un législateur veut, par exemple, établir un nouvel impôt, devra-t-il choisir le plus juste théoriquement ? En aucune façon. Le plus injuste pourra être pratiquement le meilleur pour les foules, s'il est le moins visible, et le moins lourd en apparence. C'est ainsi qu'un impôt indirect, même exorbitant, sera toujours accepté par la foule. Étant journellement prélevé sur des objets de consommation, par fractions de centime, il ne gêne pas ses habitudes et l'impressionne peu. Remplacez-le par un impôt proportionnel sur les salaires ou autres revenus, à payer en un seul versement, fût-il dix fois moins lourd que l'autre, il soulèvera d'unanimes protestations. Aux centimes invisibles de chaque jour se substitue, en effet, une somme totale relativement élevée et, par conséquent, très impressionnante. Elle ne passerait inaperçue que si elle avait été mise de côté sou à sou ; mais ce procédé économique représente une dose de prévoyance dont les foules sont incapables. »
[3] Chez Todd, il s’agit du groupement de population englobant : classes Moyennes, personnes Agées, catholiques Zombies.
[4] Étienne de la Boétie est connu comme étant l’ami de Montaigne, à qui ce dernier consacra un passage de ses Essais sur l’amitié (Livre I Chapitre 28) suite à sa mort prématurée, devenu un texte classique de référence à étudier dès le lycée, de par ce qu’il contient d’hommage à cet ami perdu trop tôt. Pour ce qui est de La Boétie, il écrivit un texte de philosophie politique révolutionnaire pour l’époque, intitulé « Discours de la servitude volontaire » où il se sert de cet oxymore pour démontrer que le maintien de la présence de gouverneurs injustes au sommet de la pyramide du pouvoir ne s’effectue que par l’assentiment direct ou implicite du peuple. Les membres du gouvernement et leurs sbires étant bien moins nombreux que l’ensemble du peuple qu’ils spolient et dont ils se jouent en les affamant et les appauvrissant, il suffirait au peuple de tout simplement renoncer à payer leurs taxes et cesser de servir l’État pour que la pyramide s’effondre d’elle-même sans la moindre effusion de sang. Une sorte de révolution pacifique. On y reconnaîtra dans certains passages l’influence d’Erasme parmi les nombreux auteurs et penseurs qui l’ont inspiré. Thoreau et après lui Gandhi suivront cette voie.

28Commentaires

    • Avatar
      Leptitox Supplement
      Feb 11, 2020

      You have done a great job. I will definitely dig it and personally recommend to my friends. I am confident they will be benefited from this site. Leptitox Supplement

    • Avatar
      Leptitox
      Feb 11, 2020

      Very useful post. This is my first time i visit here. I found so many interesting stuff in your blog especially its discussion. Really its great article. Keep it up. Leptitox

    • Avatar
      Leptitox
      Feb 11, 2020

      Such a very useful article. Very interesting to read this article.I would like to thank you for the efforts you had made for writing this awesome article. Leptitox

    • Avatar
      Halki Diabetes Remedy
      Feb 14, 2020

      They're produced by the very best degree developers who will be distinguished for your polo dress creating. You'll find polo Ron Lauren inside exclusive array which include particular classes for men, women. Halki Diabetes Remedy

    • Avatar
      Cinderella Solution
      Feb 14, 2020

      It proved to be Very helpful to me and I am sure to all the commentators here! Cinderella Solution

    • Avatar
      His Secret Obsession
      Feb 14, 2020

      It proved to be Very helpful to me and I am sure to all the commentators here! His Secret Obsession

    • Avatar
      Custom Keto Diet Review
      Feb 14, 2020

      Nice post! This is a very nice blog that I will definitively come back to more times this year! Thanks for informative post. Custom Keto Diet Review

    • Avatar
      KBB 2.0
      Feb 14, 2020

      Nice blog. Found this while searching through KBB 2.0

    • Avatar
      recycling fluorescent lamps
      Feb 15, 2020

      i am for the first time here. I found this board and I in finding It truly helpful & it helped me out a lot. I hope to present something back and help others such as you helped me. recycling fluorescent lamps

    • Avatar
      Rutabagas
      Feb 16, 2020

      You know your projects stand out of the herd. There is something special about them. It seems to me all of them are really brilliant! Rutabagas

    • Avatar
      Pickles
      Feb 16, 2020

      You completed a number of nice points there. I did a search on the issue and found nearly all people will have the same opinion with your blog. Pickles

    • Avatar
      Phone Scams
      Feb 17, 2020

      I just found this blog and have high hopes for it to continue. Keep up the great work, its hard to find good ones. I have added to my favorites. Thank You. Phone Scams

    • Avatar
      Knowledge Broker Blueprint Review
      Feb 18, 2020

      I must say, I thought this was a pretty interesting read when it comes to this topic. Liked the material. . . . . Knowledge Broker Blueprint Review

    • Avatar
      Knowledge Broker Blueprint
      Feb 19, 2020

      If your looking for Online Illinois license plate sticker renewals then you have need to come to the right place.We offer the fastest Illinois license plate sticker renewals in the state. Knowledge Broker Blueprint

    • Avatar
      Leptitox
      Feb 19, 2020

      This is just the information I am finding everywhere. Thanks for your blog, I just subscribe your blog. This is a nice blog.. Leptitox

    • Avatar
      Leptitox
      Feb 19, 2020

      Easily, the article is actually the best topic on this registry related issue. I fit in with your conclusions and will eagerly look forward to your next updates. Leptitox

    • Avatar
      rules to financial success in 2020
      Feb 20, 2020

      I feel very grateful that I read this. It is very helpful and very informative and I really learned a lot from it. rules to financial success in 2020

    • Avatar
      Darjeeling Tea
      Feb 21, 2020

      Great post I would like to thank you for the efforts you have made in writing this interesting and knowledgeable article. Darjeeling Tea

    • Avatar
      Testogen
      Feb 21, 2020

      I’ve read some good stuff here. Definitely worth bookmarking for revisiting. I surprise how much effort you put to create such a great informative website. Testogen

    • Avatar
      Leptitox
      Feb 21, 2020

      Very interesting blog. Alot of blogs I see these days don't really provide anything that I'm interested in, but I'm most definately interested in this one. Just thought that I would post and let you know. Leptitox

    • Avatar
      KBB Method
      Feb 23, 2020

      It proved to be Very helpful to me and I am sure to all the commentators here! KBB Method

    • Avatar
      KBB Method
      Feb 23, 2020

      Such a very useful article. Very interesting to read this article.I would like to thank you for the efforts you had made for writing this awesome article. KBB Method

Laisser un commentaire

*
**Not Published
*Site url with http://
*
Produit ajouté au comparateur