Paramètres thème

Layout Mode
Couleur de thème
Choisissez vos couleurs
Couleur de fond:
Réinitialiser
Comment s’initier à l’Histoire ?

Comment s’initier à l’Histoire ?

[...]

Salam ‘alaykoum,

J’aime beaucoup l’histoire musulmane mais aussi l’histoire en générale. Malheureusement j’ai arrêté l’école à 18 ans, je n’ai donc pas un gros bagage. J’aimerais apprendre l’histoire de manière plutôt autodidacte car je pense que c’est un savoir utile, surtout à notre époque. Que conseillez-vous comme ouvrages pour apprendre l’histoire et dans quel ordre ? Aussi bien l’histoire islamique, que l’histoire en général ?

Laura Y.

Wa aleyki as-salâm warahmatu l-Lahiwabarakatuh

Ce type de question se trouve précisément parmi les plus difficiles à traiter. Très simples en apparence à en croire la formulation, mais qui exigent de surmonter tous les paramètres inhérents au niveau du questionneur, du but précis visé et recherché par sa question,…

L’Histoire est un domaine fort vaste en réalité, qui sert à classifier de nombreux domaines et sous-domaines qui nécessitent le détail, tout en devant rester liés afin de conserver une vision d’ensemble. Il y a plusieurs façons d’étudier et de découper l’Histoire, parfois chronologiquement, parfois géographiquement, parfois les deux couplées à d’autres.

C’est pourquoi à un niveau assez global nous parlons d’Histoire des Civilisations, ce qui englobe celles qui nous ont précédés, comme les civilisations égyptienne, chinoise, mais aussi les Perses, les Romains, les Sumériens/ Assyriens/ Babyloniens, les Carthaginois, les Grecs ou les Maya/ Aztèques. De nos jours nous parlons surtout de la civilisation occidentale d’un côté, qui domine et englobe l’Histoire de la chrétienté, d’une partie du judaïsme (bien que leur peuple ne soit pas issu de l’aire occidentale), de nombreux peuples (Celtes, Wisigoths, Francs, les Huns venus d’Asie,…), de la civilisation islamique ou arabe dont l’une implique l’autre et vice-versa, du monde russe slave et orthodoxe, du monde confucéen, de l’Amérique latine et de l’Afrique.

C’est surtout pour des raisons idéologiques que nous retenons ce découpage actuel, promu notamment par Huntington dans le « Choc des Civilisations », et soutenu par les organes médiatiques ou politiques ces derniers temps. Parallèlement à cette segmentation géographique, l’enseignement académique actuel divise l’histoire en grandes périodes comme la Préhistoire, l’Antiquité (haute et basse), du Moyen-âge, de la Renaissance, temps modernes et postmoderne, etc. Cette typologie est essentiellement occidento-centrée et n’est certainement pas la plus pertinente…

L’Histoire se divise enfin en sous-domaines qui se renforcent et s’expliquent mutuellement, comme l’Histoire des Idées, l’Histoire des Religions, l’Histoire des Sciences (ou des Arts et des Techniques), l’Histoire de la Littérature, l’Histoire des Sociétés, avec d’autres pendants pluridisciplinaires tels l’Histoire de la Sociologie, l’Histoire de la Psychologie, l’Histoire Militaire,… qui touchent les unes aux autres et s’imbriquent dans un grand Tout.

Chacun de ces domaines (devenus des spécialités) possède ses propres historiens (ex : historien de la psychanalyse, historien de la Guerre mondiale,…), qui bien souvent ne sont pas (plus ?) capable de réintégrer leur domaine de spécialisation dans une frise plus générale et pensent pouvoir expliquer le monde du bas de leur petit domaine de chasse bien gardé. En témoigne l’exemple des économistes qui pensent pouvoir expliquer le monde en se basant exclusivement sur des principes économiques, de même pour les psychologues, les sociologues/ anthropologues/ ethnologues, les philosophes,…

Il convient de savoir avant tout qu’il existe aussi une Histoire de l’Histoire, et indépendamment des classifications habituelles l’historiographie est riche et importante. Recenser l’ensemble de ces productions dans une démarche bibliographique afin d’en extraire l’essentiel est une entreprise aussi nécessaire qu’immense. Ce travail, que certains ont déjà tenté (comme Will et Ariel Durant ou Toynbee), est une aventure en soi. Il faudrait déjà que les personnes qui seraient en charge de cette démarche puissent avoir atteint un niveau de compétence suffisant pour assurer la qualité d’une telle recherche.

Le but serait de résumer le Tout, sous forme de manuels par exemple, comme le système scolaire le fait déjà de manière fort discutable, dans l’idée d’organiser ces données par Unités d’Enseignements (UE, ou par « Matière(s) » comme dans les premiers cycles de l’enseignement public), et pouvoir ainsi transmettre à nos futures générations la somme des connaissances acquises par le truchement des sources originelles et le balayage de toutes les erreurs et falsifications qui y furent introduites par les auteurs des programmes de conditionnement à l’occidentale (qui rappelle ici un peu les « jeunesses hitlériennes »).

L’idéal serait qu’un (ou des) groupe(s) de travail se constitue(nt) et mette(nt) la main à la pâte pour rehausser le niveau de l’enseignement d’une part, mais de la population en règle générale. Le but serait de former et structurer une génération d’individus aptes à comprendre les réalités néfastes des pratiques politiques viciées dans leurs dimensions tant sociale qu’économique, pour qu’ils puissent alors se saisir de ces outils en contrebalançant les abus perpétrés depuis trop longtemps.

Nous parlerons ailleurs des différents points de vue s’opposant sur l’Histoire, mais pour illustrer la problématique disons simplement ceci : Si nous en revenons à l’Histoire générale ou universelle, la première question qui se pose est « selon qui ? ». Si nous nous en référons aux érudits musulmans
classiques, la tâche est déjà fort malaisée.

Ceci car il faudrait élaborer et préparer soit un programme de base, échelonné par niveaux, soit directement toute une bibliographie sur laquelle s’appuyer, et ce genre de choses ne s’improvise pas. Nous savons évidemment qu’il en existe déjà qui sont en vigueur dans les cursus islamique ou les universités de par le monde, mais sans vouloir critiquer l’enseignement actuel en soi, c’est précisément leurs méthodes qui empêchent la civilisation musulmane de renaître. Ce sujet a déjà été discuté ailleurs (voir « Histoire et Islam » d’Aïssam Aït-Yahya). Il faudrait par exemple se familiariser avec :

  • Les Chroniques de Tabari (Tarikh Tabari), dont il existe plusieurs éditions vérifiées. Personnellement je me réfère à celle authentifiée par (البرزنجي) et (محمد صبحي حسن حلاق) sous le nom de Sahih wada’if Tarikh Tabari. L’ouvrage est édité en 13 volumes et est organisé en fonction de l’authenticité des textes. Les 5 premiers tomes répertorient ce qui est authentique jusqu’aux Abbassides, les suivants traitent de ce qui est rapporté de faible ou irrecevable et non référencé jusqu’aux omeyyades et abbassides du tome 6 à 13.

    On y apprend beaucoup de choses concernant les légendes qui sont communément répandues dans la communauté alors qu’elles sont inventées, comme le récit de l’anneau du Prophète Sulayman (‘alayhi salam) sur lequel serait écrit le nom suprême d’Allah, qui lui donnait ses « pouvoirs » et qui lui fut volé par un Jinn (tome 6 page 355). Au pire des cas il suffit de se référer aux 5 premiers tomes pour ne pas s’embrouiller l’esprit avec des sources fausses.

  • Al-Bidaya waan-Nihaya d’ibn Kathir, qui est souvent édité en 14 tomes dans 8 volumes. Il y a plusieurs bonnes éditions, dont celle de Turki, qui est la plus connue étant donné qu’il a vérifié beaucoup d’ouvrages comme le Tafsir Tabari et d’autres. Concernant l’Histoire universelle il n’y a grosso modo que les 2 premiers tomes qui en parlent, puisqu’ensuite débute la situation des Arabes avant l’envoi de Muhammad et la Sira, mais la façon très chronologique qu’a Ibn Kathir de traiter son sujet se révèle intéressante pour la suite des faits jusqu’à son époque.

    Avouons qu’elle a ses limites aussi (liste de tous les Sahaba morts en fin de chapitre de l’année hégirienne, difficulté pour extraire et organiser la somme de connaissance que contient son œuvre en fonction des thèmes de recherche puisque tout est mélangé et qu’il faut organiser soi-même les matériaux,…).

Pour l’aspect global, il y a bien les encyclopédies historiques comme celles de Ibn Al Athir, Al Khatib Al Baghdadi ou Ibn ‘Asakir, ainsi que le fameux « Tarikhul Islam » de l’imam Dhahabi, mais j’ai peur que ce ne soit pas le mieux pour commencer. Sinon sur des périodes précises il y a des livres du type Tarikh Al-Khulafa de Suyuti ou plus récemment et de manière élargie Al-Wajiz fi Tarikh al-Islam wal-muslimin de Amin ‘Abd Al ‘Aziz ou les livres de Shawqi Abu Khalil.

Le problème réside dans le fait que, contrairement à la tradition occidentale, il n’existait pas chez les musulmans de livres d’Histoire à proprement parler car leur approche était fondée sur l’intégration des chaînes de transmission et la fusion (voire confusion) des disciplines. Cette science s’est surtout construite sur des recueils où sont compilées les informations et narrations sur chaque faits et individus.

Il faut donc assimiler beaucoup de documentation pour recouvrir certaines périodes historiques. Par exemple le fameux Siyara’lam an nubala de Dhahabi représente assez bien cette voie, ou Nuzhat al Fudhala qui résume le premier sous une forme bien plus courte et accessible.

Dans le même ordre d’idée et pour tenter de faire la jointure entre le côté historique et celui biographique, il y a les livres de « biographies spirituelles » ou ascétiques dont certaines sont de grandes qualité avec une édition vérifiée comme l’incontournable Hilyat Al-Awliya d’Abu Nu’aym ou en plus court Sifatuas-Safwa d’ibn ul-Jawzi.

Pour la Sira il y en a de nombreuses versions que nous ne pouvons toutes citer en fonction de l’aspect par lequel elles se proposent de traiter le sujet. Telles les campagnes militaires (maghâzî), le côté spirituel ou « soufisant » (tasawwuf), purement historique (târikhi), médical (comme at-Tibb An Nabawi qui est extrait de Zâd Al-Ma’âd d’Ibn Qayyim), traditionnel (comme Ash-Shama-il al-muhammadiyya de Tirmidhi), et autre parmi les approches multiples du sujet par des auteurs anciens ou contemporains.

Celle de Mubarakfuri Rahiq Al-Makhtum est intéressante pour les débutants, pour son côté très structuré chronologiquement et facile à retenir. L’auteur a aussi écrit Rawdatul-Anwar sur le même sujet. Mais l’une des meilleures reste sans aucun doute Zâd Al Ma’âd d’ibn Qayyim dont il existe l’édition vérifiée par les frères Al-Arna-ut, ou sa version abrégée Mukhtasar Siratu ar-Rasul d’ibn ‘Abd Al Wahhab mais qui se concentre avant tout sur la question du Tawhîd.

Il existe aussi Mukhtarat min Zâd al-Ma’âd qui est un résumé du livre d’Ibn Qayyim par ‘Uthaymin. Il y a la Sira d’Ibn Hishâm qui existe en édition authentifiée désormais. La Sira d’ibn Kathir n’a pas besoin d’être mentionnée puisqu’elle est intégrée dans al-Bidâya wa an-Nihâya. Il y a aussi Al-Lou-lou Al Maknûn d’Al ‘Azimi qui est intéressant, ou le fameux livre ash-Shifâ du Qadi ‘Iyyadh.

Pour l’histoire de la civilisation occidentale, les sources sont encore plus vastes, comme on s’en doute. Je renvoie au dossier sur Todd qui sera publié prochainement sur le site de Nawa, il s’y trouve des pistes à explorer. Pour des cas précis, qui seraient nombreux, je renvoie par exemple à « American Civilization » de Mauk et Oakland aux éditions « Routledge » (ainsi que « British Civilization » du même auteur), qui retrace et analyse les raisons pour lesquelles cette société est devenue la demeure du fast-food, du capitalisme,… C’est une introduction, mais bien qu’elle date de 1995 et n’explique pas tout, le livre reste intéressant pour saisir les grandes lignes de ce qui est le modèle de l’identité occidentale jusqu’à maintenant.

Le mieux étant donc d’inviter tous ceux qui liront ces lignes et qui pensent répondre aux exigences pour relever la tâche de se mettre au travail en proposant l’ébauche de ce qui sera demain le fondement de l’avenir de la Oumma. Ceci n’est pas réalisable par un seul homme (ou femme), il est indispensable de se serrer les coudes pour y parvenir.




'Abdarrahman Pierre-Jean Larrieu (chargé de publication chez NAWA)

________________________________________________________________________________________________

Voir aussi : https://editions-nawa.com/smartblog/10_Manifeste-pour-lerenouveau.html

Laisser un commentaire

*
**Not Published
*Site url with http://
*
Produit ajouté au comparateur